[vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text disable_pattern= »true » align= »left » margin_bottom= »0″]

Le festival Images de Justice démarre le 26 janvier avec une première projection aux Champs Libres à Rennes. Créées par Comptoir du Doc en 2003, en association avec l’ARAP(1), ces rencontres ont longtemps eu lieu au Parlement de Bretagne. Nombreux sont ceux qui se souviennent avec émotion de projections documentaires vibrantes dans les somptueuses salles d’audience rénovées de la cour d’appel. Aujourd’hui, la directrice artistique Marianne Bressy n’hésite pas, malgré des crédits en baisse, à prédire une longue vie à une rencontre unique en son genre en France.

– Qu’est-ce qui a changé pour Images de Justice, au bout de dix années d’existence ?

– Marianne Bressy : c’est le réalisateur de documentaires, Ariel Nathan aujourd’hui disparu, qui a initié le festival et l’a porté jusqu’en 2009, date à laquelle il m’a transmis le flambeau. Le partenariat avec l’ARAP qui avait présidé à la naissance du festival s’est terminé quand cette association, qui n’existe d’ailleurs plus aujourd’hui, s’est retirée du projet. Cela a signifié pour nous la disparition du financement principal. Heureusement, Rennes Métropole a pris le relais et même si le budget est en baisse, cela a permis de continuer. Mais avec le retrait de l’ARAP, nous avons surtout perdu ce lieu central, magnifique et hautement symbolique, qu’est le Parlement. Nous avons présenté les films ensuite à la Parcheminerie, puis aux Champs Libres. Pour cette édition, nous y faisons l’ouverture et la clôture du festival dans le cadre de nos séances Docs en Stock au Musée. Les autres projections sont itinérantes : dans les quartiers, à la faculté de droit et dans toute la Métropole. Mais il nous manque certainement ce lieu de rassemblement, de rencontre, qui fait aussi l’identité d’un festival.

– Il n’y a pas eu de festival en 2013, pourquoi ?

– Justement en raison de ces limites budgétaires. Nous ne voulions pas faire les choses à moitié et garder une exigence de qualité, un nombre suffisant de films de haut niveau et un prix correctement doté de 2 000 euros. Et puis, depuis toujours, nous alternions une édition forte avec une édition plus « modeste ».
Nous avons cependant démarré le travail dès 2013 avec la mise en place d’ateliers de programmation dans deux quartiers rennais où Comptoir du doc mène déjà des actions. Un groupe de jeunes à Cleunay et un groupe de retraités au Blosne ont ainsi choisi le film qui sera diffusé dans leur quartier pendant le festival. Dans cette même volonté d’un travail approfondi avec les publics, nous organisons deux ateliers-rencontres avec des habitants de Saint-Jacques de la Lande et de Chartres de Bretagne.
Tout cela demande beaucoup de temps à initier, mais, au fil du temps, ces partenariats font boule de neige : les gens y prennent goût et viennent plus nombreux ! C’est tout à fait la vocation de Comptoir du Doc : amener un public très large au documentaire et notamment ceux qui ne viendraient pas voir ce genre de films en salle.

– Des projections sont organisées à la fac de droit. C’est un nouveau partenaire ?

– Oui, cette année les partenariats s’élargissent avec le monde de la Justice. Nous diffusons pour la première fois un film à la faculté de droit : Khmers rouges, une simple question de justice, de Rémi Lainé, qui a été tourné au tribunal international de Phnom Penh. L’année prochaine, nous espérons faire des projections à l’école des avocats. Le travail est aussi très positif avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse, l’un de nos partenaires. Les jeunes qui doivent donner un avis sur les films visionnés impressionnent leurs éducateurs… en positif !

– Est-ce que ce festival documentaire sur les thématiques liées à la justice est le seul en France ?

– Oui ! Cela n’a pas toujours été le cas puisqu’un « cousin » a existé à Grenoble de 2008 à 2012 (2), mais aujourd’hui c’est le seul de son genre. C’est pour cela que je crois vraiment en son avenir, à sa pérennité : le cinéma documentaire est un puissant outil de réflexion pour la justice, dans ses aspects les plus concrets, incarnés ! Et la justice est un thème formidable pour le cinéma. Malgré les difficultés conjoncturelles, financières, je pense que ce festival doit avoir une longue vie encore devant lui. Ces dix premières années, ce n’est que le début de l’aventure ![/vc_column_text][vc_video link= »https://vimeo.com/82279974″ animation= »left-to-right »][mk_gallery images= »1760″ column= »1″ height= »254″ frame_style= »simple » disable_title= »false » image_quality= »1″ pagination= »false » count= »10″ pagination_style= »1″ order= »ASC » orderby= »date »][vc_column_text disable_pattern= »true » align= »left » margin_bottom= »0″]

– Sur quels aspects voudriez-vous mettre l’accent pour faire progresser cette rencontre ?

– Nous devons trouver plus de moyens et un lieu qui identifie mieux le festival, fidélise le public. Et, bien sûr, travailler encore pour plus de notoriété. Les médias locaux ne sont pas toujours très réactifs vis-à-vis de ce que nous proposons alors que nous constatons la bonne réputation de notre travail à l’autre bout de la France. Les réalisateurs ou les professionnels de la justice venus d’ailleurs nous disent qu’ils apprécient beaucoup ce rendez-vous, leurs retours sont très positifs !
Il nous faut lutter contre les préjugés, selon lesquels un documentaire sur les questions de justice ne serait pas très fun… Nous avons pourtant des films qui gardent une forme de légèreté dans leur traitement. Par exemple, Des yeux partout, de la jeune Suisse Caroline Cuenot, traite de la problématique de la vidéo surveillance avec humour, sans être un dossier pesant.

– Combien de films sont en compétition cette année ?

– Dix films, tous de haut niveau… Le jury(3) est composé pour moitié de professionnels de la justice, et l’autre de gens de cinéma. Nous ne perdons jamais de vue que la qualité d’écriture, de réalisation, doit être aussi importante que le thème traité. Nous sommes un festival de films qui cherche un dialogue avec un monde spécifique, celui de la justice. Mais nous parlons bien de cinéma, de cinéma documentaire, et c’est la qualité d’un travail filmique que nous voulons récompenser.

Propos recueillis par Brigitte Chevet
(1) ARAP : Association Régionale pour l’Animation du Parlement de Bretagne fondée suite à son dramatique incendie.
(2) Festival Justice à l’Ecran
(3) Le Jury est présidé par Adrien Charmot (réalisateur et programmateur) et composé de Georges Fournier (Professeur de sciences criminelles), Mirabelle Fréville (Réalisatrice et programmatrice), Michel Hardouin (Avocat), Guillaume Kozakiewiez (Réalisateur), Jean-Yves Kerboeuf (Juge d’application des peines), Caroline Rubens (Réalisatrice).
Images de Justice, 10ème édition, du 26 janvier au 2 février sur la Métropole rennaise.
Avec le soutien de Rennes Métropole, la Ville de Rennes, la DRAC et la SCAM.
Photographie en Une © Rémi Lainé – Khmers rouges, une simple question de justice[/vc_column_text][mk_padding_divider size= »30″][mk_content_box heading= »En savoir + » animation= »left-to-right »][vc_row_inner][vc_column_inner width= »2/3″][mk_fancy_title tag_name= »h2″ style= »true » color= »#393836″ size= »14″ font_weight= »inhert » letter_spacing= »0″ margin_top= »0″ margin_bottom= »18″ font_family= »none » align= »left »]Lien(s) en relation avec ce sujet[/mk_fancy_title][vc_column_text disable_pattern= »true » align= »left » margin_bottom= »0″]Le programme détaillé de la 10 édition d’Images de Justice
pdf – 907 Ko[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/3″][mk_image src= »https://filmsenbretagne.org/wp-content/uploads/2014/03/pdf.png » image_width= »800″ image_height= »350″ crop= »false » lightbox= »false » frame_style= »simple » target= »_self » caption_location= »inside-image » align= »center » margin_bottom= »10″ animation= »right-to-left »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/mk_content_box][/vc_column][/vc_row]