Vivement Lundi ! se paye la bande-annonce

Référence incontournable où quelque 7000 professionnels se retrouvent pour découvrir en avant-première les nouvelles productions, le Festival international du film d’animation d’Annecy se déroule cette année du 9 au 14 juin. Vivement Lundi !, qui présente trois films en sélection officielle, s’est vu confier la réalisation de la bande-annonce du festival. Elle sera diffusée dans toutes les salles avant chaque projection. Une belle reconnaissance pour la société de production et les savoir-faire bretons.

« C’est une année exceptionnelle », s’enthousiasme Jean-François Le Corre, le directeur de la structure rennaise déjà très repérée dans le paysage audiovisuel français pour ses productions aussi bien dans le film documentaire que dans celui d’animation. C’est la première fois que Vivement Lundi ! accepte une proposition comme celle-là, qui « représente un coût ». Si le festival offre effectivement une visibilité remarquable, l’opération est en majeure partie à la charge du producteur. « Nous avons choisi de redonner vie au personnage de RIP. Utiliser quelque chose d’existant revenait moins cher ». C’était aussi l’occasion de remettre un coup de projecteur sur ce personnage à l’histoire étonnante. RIP est un tueur qui s’introduit chaque nuit dans une même chambre avec l’intention de supprimer son occupant pourtant bien décidé à dormir. Il utilise les stratagèmes les plus effrayants, mais sa bêtise, doublée d’une incroyable maladresse, l’empêche d’atteindre son but.

Commandé au départ pour l’émission La nuit s’anime ! sur Arte, RIP est ensuite devenu pilote de série, et a finalement été acheté par la chaîne américaine TCM. « Turner Classic Movies est une chaîne cryptée qui dépend de Time Warner et rassemble 70 millions d’abonnés », ajoute Jean-François Le Corre. Diffusée un peu partout dans le monde en version payante ou gratuite, elle avait participé à hauteur de 300 000 $ au financement du projet. C’était la première fois que la région Bretagne se retrouvait associée à une chaîne privée américaine pour une création. En échange, TCM gardait les droits d’exploitation de la série de treize épisodes pour cinq ans. « Nous les avons récupérés, il y a un an et demi », précise le réalisateur de RIP, Bruno Collet, qui poursuit : « Nous étions restés un peu sur notre faim avec RIP, là c’était une formidable occasion de le ranimer pour le présenter au public français. »

Les mêmes personnages mais des techniques nouvelles

« C’est toujours agréable de ressortir ses vieux jouets », sourit Bruno Collet. Le challenge n’était pas facile. La bande annonce nécessitant d’intégrer des sponsors sur un temps assez court, il fallait pouvoir dépasser la simple publicité. « Nous voulions raconter une histoire, sans utiliser le côté systématique de la course poursuite ». L’idée était aussi d’adresser des clins d’œil au public d’Annecy. « Il y a toujours la présence d’un lapin. Et les spectateurs jettent des avions en papier en début de séance ». Autant de codes que l’on retrouve dans le petit film que Jean-François Le Corre qualifie en rigolant de « Scream à la sauce tartiflette », avec ce postulat : « Le sang est plus beau en stop mo ! ».

Ça tombe bien, car, cette année, le festival d’Annecy fait la part belle au stop motion. Cette technique, utilisée pour RIP, consiste à animer des volumes (marionnettes ou objets) image par image en utilisant un appareil photo haute définition. « On passe parfois plus de temps à caler qu’à tourner », déplore Bruno Collet qui a eu l’opportunité de tester, cette fois, un bras assisté par ordinateur, développé par une société de Laval qui permet de réaliser les mouvements image par image plus facilement. « On a gagné un temps fou ». En tout, ce travail, réalisé en collaboration avec le collectif Happy Hands Animation et AGM Factory, aura pris trois semaines de tournage et dix jours de post-production.

Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Vivement Lundi ! a aussi décroché le jackpot avec trois films en sélection officielle : La Maison de poussière de Jean-Claude Rozec en compétition court métrage, Tempête sur Anorak de Paul Cabon en Panorama court métrage et Dimitri d’Agnès Lecreux (co-réalisé avec Ben Tesseur et Steven de Beul), en compétition Séries TV. Et beaucoup de nouveaux projets s’apprêtent à voir le jour. Bruno Collet travaille actuellement sur un long métrage autour de la vie du peintre Géricault : « Persepolis ou Danse avec Bachir ont permis de faire bouger les lignes. Avec le dessin animé, on suit le même chemin qu’avec la bande dessinée. Ce qui était au départ destiné aux enfants s’adresse maintenant également aux adultes. On a découvert qu’on pouvait aborder des sujets pointus en cinéma d’animation, y compris en long métrage.»

Hélène Lecorre
Photos : Tous droits réservés © Areplus 2014

A decouvrir

page-contact

Que recherchez vous ?

Aller à la barre d’outils