LES ALGUES MALÉFIQUES d’Antonin Peretjatko : les zombies débarquent sur nos côtes ! (par Denis Rollier)


En ce début juillet, le film Les algues maléfiques d’Antonin Peretjatko était projeté au FID Marseille. Pour le réalisateur, c’était l’occasion de présenter en avant-première son nouveau court métrage, tourné en Bretagne et produit par Olivier Bourbeillon (Paris-Brest Productions). Après Panique au Sénat (en 2017), l’auteur et le producteur finistérien renouvellent ainsi leur collaboration, en s’attaquant cette fois-ci au film de zombies !

Pour moi, c’était l’occasion idéale d’écrire ici tout le bien que je pense de ce film et de son réalisateur.

Mais je vous préviens, je manque d’objectivité : Antonin est un ami de 30 ans et je suis un fan inconditionnel de son univers cinématographique. Un univers qu’il n’a jamais cessé d’explorer et d’affiner dès ses débuts, traçant avec obstination une route singulière dans le cinéma français. À mes yeux, Antonin est le Jean-Luc Godard du film burlesque.

Encore bravo, l’ami ! Tu en as fait du chemin, depuis tes premiers films amateurs, auxquels j’ai eu la chance de participer. Des films tournés à Brest, au début des années 90, avec une caméra vidéo Hi8 (la mythique Sony V5000 !). Mais trêve de nostalgie et revenons à nos zombies.

 

L’histoire débute comme Les Dents de la mer : sur une plage bretonne, un danger invisible plane dans l’air… Un danger que le maire de la commune préfère occulter afin de ne pas sacrifier la saison touristique. Et si la Bretagne n’a pas de requin blanc au large de ses côtes (au moins pour l’instant), certaines de ses plages regorgent d’algues vertes, aux vapeurs potentiellement toxiques… Et que se passerait-il si ces vapeurs venaient à transformer en zombies les promeneurs insouciants ?!! Un concept rigolo, pour un sujet qui l’est beaucoup moins (particulièrement en Bretagne…). Mais Antonin n’a peur de rien. Pour lui, ce film de zombies était avant tout une occasion rêvée de s’essayer au film de genre, tout en se moquant gentiment au passage des bobos parisiens, de la police, des féministes ou encore des vegans. Bref, de s’amuser.

La genèse de ce projet remonte à la 32e édition du Festival du Film Court de Brest, lors de laquelle Antonin était membre du jury. France 2 lui propose alors d’écrire et de réaliser un court métrage avec des Zombies. Antonin accepte, percevant immédiatement le potentiel burlesque de ce genre, mais aussi son intérêt politique ! Tous les films d’Antonin sont politiques, de manière plus ou moins frontale. Ici, les zombies représentent la bêtise, l’aveuglement de la masse, le lavage de cerveau. C’est aussi la répercussion de la pollution de nos sociétés modernes. Cela aurait pu être n’importe quel type de pollution, mais celle des algues vertes lui semblait être la plus pertinente, ne serait-ce que pour des raisons visuelles, un point auquel Antonin a toujours porté grande attention, burlesque oblige.

Les-algues-malefiques

 

Et puis le sujet ne lui était pas étranger : enfant, Antonin habitait une petite commune, au bord des rives de la Rade de Brest. Il lui était interdit d’aller jouer sur certaines parties de la grève, celles qui étaient couvertes d’algues vertes. C’étaient les années 80, Antonin n’avait pas encore de conscience politique, c’était juste “relou”. Cette fois, les algues vertes lui ont donné l’occasion de bien s’amuser ! Notamment grâce aux effets spéciaux dits “de plateau” : le maquillage, les boyaux (en plastique), la tête du zombie qui éclate, etc. L’avantage, pour le réalisateur, c’est qu’il peut tout de suite voir si ça fonctionne ou non. Et puis cela donne une ambiance festive au tournage, un côté ludique auquel Antonin est particulièrement attaché : “C’est aussi pour ça qu’on fait ce métier”.

Le résultat est un film inventif et joyeux, à l’image de son réalisateur, une comédie burlesque et politique qui fait du bien. Vous en dire plus serait prendre le risque de vous gâcher la découverte.

Denis Rollier, juillet 2022


Les algues maléfiques

Court métrage écrit et réalisé par Antonin Peretjatko, 23 minutes, produit par Paris-Brest Productions 

Avec Pauline Chalamet, Alma Jodorowski, Esteban (David Boring), Fred Tousch, Clarisse Lhoni-Botte

  • Directeur de la photographie : Simon Roca
  • Assistant réalisateur : Marc Milani
  • Monteur image : Antonin Peretjatko
  • Effets spéciaux : Franck Limon-Duparcmeur
  • Effets spéciaux : Hoël Sainleger
  • Son : Bruno Auzet
  • Monteur son : Sarah Lelu
  • Maquillage : Amandine Malinski

Avec le soutien du CNC, de la Région Bretagne/Bretagne Cinéma, de France Télévisions, des chaînes locales de Bretagne Tébéo, Tebésud et TVR.

Les algues Maléfiques3

Filmographie sélective d’Antonin Peretjatko

  • 2021 Les rendez-vous du samedi, (Apsara films) 53 min
  • 2020 La pièce rapportée, (Atelier de Production) 86 min
  • 2018 Panique au sénat, (Paris Brest Productions) 20 min
  • 2016 La loi de la jungle, (Rectangle Productions) 99 min
  • 2014 Vous voulez une histoire ? (Le septième continent) 160min
  • 2013 La fille du 14 juillet, (Ecce Films) 88 min
  • 2012 Un mélo trash (Why Not Production) 57 min
  • 2011 Les secrets de l’invisible, (Ecce Films) 25 min
  • 2010 Paris Monopole, (Chaya films) 18 min 30
  • 2009 Derrière les barreaux (Why Not Production) 72 min
Filmo Peretjatko