27 ans, le bel âge ? C’est en tout cas celui de la réalisatrice de films d’animation Emma Carré, et c’est un âge qui lui sourit. Moins d’un an après être sortie diplômée de La Poudrière, cette Rennaise est de retour au pays grâce à Vivement lundi ! Là, elle enchaîne les projets, grands et petits. Récit d’une irrésistible ascension dans le monde de l’animation.

Emma Carre UneEmma Carré, ce nom n’est pas tout à fait étranger à la personnalité de la jeune femme qui le porte. À la maison, Emma dessine « toujours dans le but de raconter des histoires », dit-elle, tandis qu’au lycée, ce sont les expériences physiques et les mathématiques qui ont sa préférence. Il faut dire que tout l’intéresse pour peu qu’on la laisse expérimenter, découvrir, nourrir sa curiosité. Ses parents, un comble !, s’inquiètent de la voir ensuite choisir médecine plutôt qu’une autre discipline plus proche du cœur que de la raison : « j’ai eu beaucoup de chance car mes parents m’ont toujours encouragée à faire les choses par vocation ». D’ailleurs, Emma quitte bientôt sa première année de fac à Rennes pour revoir ses préférences et assumer jusqu’au bout son sérieux penchant pour l’expression artistique ; Emma se souvient : « le dessin et le langage audiovisuel ont toujours fait partie de mon monde, c’était quelque chose que j’avais en tête. Mais je n’avais jamais osé considérer l’animation comme une orientation possible, quelque chose dont je pouvais faire un métier. »

La tête sur les épaules, elle entre à l’ESAAT de Roubaix (1) pour une année de prépa en guise de mise à niveau et pour enfin « oser choisir » un métier qui lui sied. Elle poursuit avec un DMA cinéma d’animation, dont elle dit qu’il lui a permis « de découvrir les possibilités qui s’offraient à (elle) et l’occasion de définir ce (qu’elle voulait) vraiment, et de définir (son) univers artistique. » Puis elle quitte la Bretagne pour l’EMCA d’Angoulême où durant trois années elle touche à toutes les techniques d’animation et se spécialise dans la 2D. « Ce passage à l’EMCA m’a permis de m’affirmer graphiquement, ça a été trois ans de maturation de mon projet professionnel. Au bout de trois ans, je savais que je voulais réaliser et j’ai tenté La Poudrière, dont les réalisations m’impressionnaient beaucoup. » Et pour cause, Aurélie Angebault, productrice chez Vivement Lundi !, parle de cette école comme la meilleure en Europe pour ce qui est de la réalisation en animation : « la Poudrière, c’est l’équivalent de la Fémis pour nous ! ». Emma intègre une promotion hétérogène de 8 personnes et continue son apprentissage en se professionnalisant : « La Poudrière permet de maîtriser toute la filière, de l’écriture à la réalisation en passant par la gestion des équipes, ou des enveloppes…! C’est une formation idéale en fin de parcours pour qui se destine à la réalisation. Tous les intervenants sont des professionnels actifs et lorsque vous sortez de l’école, vous êtes prêt à affronter le monde du travail et son environnement complexe. »

Emma sort donc diplômée, et opérationnelle. Outre la reconnaissance de ses pairs et d’un certain Jean-François Le Corre, producteur chez Vivement lundi !, membre du jury de validation des diplômes cette année-ci (2015), les sélectionneurs du festival d’Annecy, choisissent le film d’Emma pour concourir cette année dans la section films d’école. Son court-métrage s’intitule Silence, elle nous en dit deux mots : « Silence, c’est l’histoire d’une rencontre avec… le silence. Une personnification du silence. Et malgré son côté poético-fantastique qui pourrait le rendre un peu abstrait, c’est vraiment une sorte de voyage que je propose, une fiction racontée sur un mode assez classique. Le son importe beaucoup pour moi, j’y suis très sensible, et cela m’intéressait de mettre en scène le silence, non pas comme une absence de son, mais comme quelque chose de narratif, avec une identité. Ce silence est toujours teinté de quelque chose, et il est présent physiquement, en tant que personnage mais aussi dans le déplacement du son et ses différentes qualités. Mon premier film est donc un dialogue continu entre l’image et le son, avec la prise en compte de ces deux points de vue dès l’écriture. C’était un défi, et je n’aime rien tant que les défis ! »

Une nouvelle fois, Vivement lundi ! est allée loin chercher ses petits pour les ramener au bercail… Convaincu par son travail et apprenant incidemment qu’Emma Carré est de Rennes, Jean-François Le Corre l’invite à visiter ses studios rennais. Emma ne repart pas. L’amie de La Poudrière qui l’accompagne, Mathilde Parquet (dont le film d’école est également en compétition à Annecy), se verra confier une résidence d’animation de 3 mois mise en place par Clair Obscur dans le quartier rennais de Villejean-Beauregard, tandis qu’on propose à Emma de réaliser une mini série animée pour Rennes Métropole ! C’est Aurélie Angebault qui la produit : « nous avions déjà proposé un concept à Rennes Métropole qui souhaitait nous confier la réalisation de 4 petits films d’animation pour présenter la ville de Rennes et son évolution, dans le cadre de Rennes 2030. Le projet a plu, et il s’est monté en lien avec TVR» Emma d’enchaîner : « quand je suis arrivée, le concept en lui-même, ce qui lance une série, restait encore à trouver. Il y avait les personnages : un frère et une sœur, Prune et Léo, et Ulysse sur sa balayeuse spatio-temporelle. Mon travail a commencé par une phase de dialogue avec les commanditaires, pour les aider à ajuster le propos et à mieux définir ce qu’ils voulaient. C’était ma première expérience professionnelle et j’ai beaucoup appris, notamment par rapport à l’échelle de production d’une mini série, plus petite, il fallait aller très vite, alors que cela reste une demande de série et qu’il faut malgré tout suivre le processus traditionnel de production, comme pour une grande. » Aurélie trouve admirable qu’Emma n’ait jamais paniqué dans ce contexte particulier, comme elle trouve aussi inédit qu’appréciable la confiance que leur ont accordée les commanditaires qui les ont laissées très libres, chose rare dans le film institutionnel. Aurélie rappelle qu’elles avaient affaire « à des cadres de la fonction publique territoriale qui ont choisi de s’amender des codes auxquels leur communication est soumise d’ordinaire et qui se sont prêtés à notre jeu ! ». D’un point de vue créatif, Emma a réussi à faire accepter un design hors du commun dans ce type de films. Elle a également découvert l’incrustation de personnages animés dans des images en prise de vue réelle, en collaboration avec Fabrice Richard. De nouvelles expériences pour Emma, et un succès certain : pas moins de 80 000 vues sur le site de Rennes Métropole ! et l’on commence même à détourner des scènes de la série sur Twitter !!

Et ce n’est pas fini. En avril, alors qu’Emma planche encore sur les aventures de Prune et Léo, Aurélie est sollicitée pour répondre à un appel à projets international : il s’agit d’imaginer une série ludo-éducative pour faire découvrir le web aux enfants de 6 à 12 ans. Autrement dit, il faut rendre concrets des concepts abstraits, apprendre à les manier, tout en s’amusant. À ce moment-là, Aurélie sait qu’elle devrait répondre positivement, mais qu’elle n’a raisonnablement pas le temps. Et pourtant… « Un pari fou ! », s’exclame-t-elle. « Mais j’ai Emma sous la main, avec qui j’apprécie énormément de travailler, et que je sais très connectée. Je lui en touche deux mots en sachant que nous n’avons de temps ni l’une ni l’autre pour l’écriture, c’est ainsi que je reprends contact avec la scénariste Nathalie Dargent (2), dont l’enthousiasme pour le projet nous galvanise. Avec une énergie débordante, notre rapport différent au net et la volonté de ne surtout pas brider notre inventivité, nous avons convaincu et c’est notre concept, l’équipe et un état d’esprit qui ont été retenus ! ».
Nous ne saurons rien encore de ce fabuleux projet, lequel évoluera de toutes façons beaucoup d’ici à la mise en production de la série, « pas avant 6 mois », précise Aurélie. L’aventure a à peine commencé. « Nous retrouvons les partenaires à Annecy, pendant le festival. Ensuite, nous entamerons vraiment la phase de développement et l’écriture suivra. »
Quant à Emma, avant d’être accaparée par ce nouveau projet d’envergure, elle a prévu de retrouver Mathilde Parquet cet été pour écrire leur premier court-métrage en tant que réalisatrices professionnelles : « La Poudrière nous apprend à anticiper, à comprendre quels sont les temps de la production et comment les appréhender pour pouvoir enchaîner les projets. Ce que je sais aujourd’hui c’est que nous avons toutes les deux envie d’une comédie musicale, qui inclurait la danse. Et que nous rêverions de le réaliser en stop motion ! » Du volume ? L’avenir nous dira si Vivement lundi ! s’invite dans la danse…

Gaell B. Lerays

Photo © Gaell B. Lerays

(1) ESAAT Ecole supérieure des arts appliqués et du textile, DMA pour Diplôme des Métiers d’Art, EMCA Ecole des métiers du cinéma d’animation.
(2) Nathalie Dargent est scénariste et auteure de livres pour enfants. Elle a notamment écrit l’adaptation du livre d’Yves Cotten, Le Quatuor à cornes, pour un 26’ animé, réalisé par Benjamin Botella et produit par Vivement lundi !