L’animation bretonne se lance à la conquête d’Annecy, de son public et de son marché

Pour la deuxième année consécutive, les professionnels de l’animation bretonne iront faire parler d’eux tous ensemble au Festival International du Film d’Animation d’Annecy et au MIFA, en nombre et sous bonne escorte : une vingtaine de représentants de l’animation made in Brittanny seront accompagnés par les associations et les collectivités qui s’investissent et comptent tout au long de l’année pour soutenir et promouvoir un secteur audiovisuel tout à la fois historique et novateur.

Depuis plus de quinze ans maintenant, l’animation en Bretagne gagne du terrain : de la création à la postproduction, du scénario à la réalisation, le territoire breton est devenu un véritable creuset de talents en matière d’animation, et les sociétés du secteur – production, ingénierie numérique, postproduction – permettent à des projets de plus en plus sophistiqués, pointus et inventifs de voir le jour. Ces pépites bretonnes sont d’ailleurs nombreuses à avoir déjà convaincu les jurys des festivals internationaux.

Pour se faire une idée assez précise de ces trésors dont on regorge, un petit tour à la Caravanim’ pour commencer. Elle fera à nouveau étape à Annecy avec un équipage constitué d’une dizaine d’artisans venus présenter un échantillonnage de leur bagage créatif et innovant en matière d’animation (volume, 2D, 3D…). La fine fleur du savoir-faire breton accueillera publics profanes et professionnels pour les renseigner et valoriser leur art : décorateurs, dessinateurs, réalisateurs, animateurs, coloristes, scénaristes, fabricants… L’occasion de découvrir, d’échanger… et de se donner rendez-vous pour l’avenir et de futures collaborations !

Non loin de là, sociétés, collectivités et associations se partageront le stand D4 au MIFA, sous la bannière Anim’en Bretagne. S’il s’agit toujours de faire connaître au plus grand nombre la qualité aujourd’hui unanimement reconnue des productions animées réalisées en Bretagne, ce rassemblement vise aussi à démontrer si besoin en était que le territoire jouit d’une dynamique collective et est à même d’accueillir ou de prendre en charge les projets venus de partout, ici et ailleurs. Des représentants de JPL Films, Vivement Lundi ! et ses tout nouveaux studios Personne n’est parfait !, AGM Factory, Golaem présenteront leurs sociétés, accompagnés par ceux qui, en aval ou en amont de la production à proprement parler, contribuent à valoriser et à développer le secteur : le Festival national du film d’animation de l’AFCA de Bruz, Accueil des tournages en Bretagne, Films en Bretagne, Région Bretagne et Rennes Métropole.

C’est donc dans une volonté de rendre compte et de promouvoir la richesse des productions locales et le grand éventail de talents dont elle dispose pour atteindre son excellence, mais également comme une invitation lancée aux acteurs nationaux et internationaux pour qu’ils profitent de ses ressources et de sa polyvalence ou viennent l’enrichir de leurs talents, que cette délégation bretonne tiendra le siège d’un des plus importants festivals internationaux d’animation.

À l’investissement de ces deux lieux phares pendant le festival s’ajoutent cette année le Musée-Château d’Annecy et les jardins du château pour deux évènements qui mettront à l’honneur le travail de Jean-Pierre Lemouland depuis ses débuts en tant que réalisateur jusqu’à les dernières productions en volume des studios rennais JPL Films. Le Festival d’Annecy mettait traditionnellement en avant la production du pays invité à chacune de ses éditions dans une exposition dédiée. Changement de programme cette année : Maurice Corbet, attaché de conservation au Musée-Château, a choisi d’initier « un Tour de France de l’animation ». C’est JPL Films qui a été choisi pour ouvrir le bal des créatifs français du secteur. « Je connais Jean-Pierre Lemouland depuis un certain temps. J’avais remarqué que ces dernières années, la qualité des productions du studio était en pleine ascension. Je me suis dit que c’était intéressant de commencer par ce coup de projecteur-là. »
Au sein d’un espace organisé par thème, accueillant l’exposition permanente du musée, on trouvera une présentation hétéroclite de matériels issus des studios rennais (planches, éléments de décor, marionnettes…), des projections d’extraits de films et de making-off sur des écrans vidéo, le tout soutenu par une approche pédagogique visant à dévoiler le processus de création depuis le story-board jusqu’aux images finales. Maurice Corbet croit en la vertu des rencontres entre des éléments très anciens et d’autres beaucoup plus contemporains : « je voulais montrer qu’il y a une vraie continuité entre, par exemple, les spectacles d’ombres du XIXe siècle et des créations contemporaines qui utilisent des ombres chinoises. » Inauguration de l’exposition le 11 juin à 12 h.

Le jeudi 13 juin à 22h, en plein air, dans la prestigieuse cour du château d’Annecy et sur des écrans gonflables, le public est invité à assister à l’unique projection d’un programme de 8 films des studios JPL Films. Maurice Corbet nous confiait avoir souhaité mettre l’accent sur le travail de volume des studios, dont il trouvait les réalisations de plus en plus ambitieuses et intéressantes.

A voir également sur les écrans du festival, Méandres, de Florence Miailhe, Mathilde Philippon-Aginski et Élodie Bouedec, un court-métrage co-produit par Vivement Lundi !, présenté en sélection officielle, hors compétition.

Avant de se quitter, un dernier mot sur un nouveau venu cette année sur le stand d’Anim’en Bretagne : Golaem, un prodige local en matière de logiciels d’animation de personnages numériques (de foules en particulier avec le logiciel Golaem Crowd) et qui rayonne à l’international. La société devrait sortir une nouvelle version de son logiciel l’été prochain, avec beaucoup plus de fonctionnalités encore, et la possibilité d’animer n’importe quel type de créature. Mais avant cela, leur actualité c’est Annecy.
Déjà présent l’année dernière sur un stand individuel, Golaem rallie la délégation bretonne « pour faire encore plus fort, montrer qu’il n’y a pas que dans la région parisienne ou dans d’autres régions que l’on peut créer du contenu notamment dans le secteur d’animation. » C’est la force du collectif et des compétences représentées qui a convaincu Stéphane Donikian d’être de l’aventure : « Ce qui est important, c’est de pouvoir montrer une complémentarité entre des sociétés qui ont des capacités de faire des films d’animation, série ou long-métrage, et des sociétés qui développent des technologies qui peuvent aussi être appliquées dans ce secteur-là, ou qui font de la postproduction. Cette complémentarité peut intéresser des producteurs et les inciter à se lancer dans des projets, des co-productions intégrant un certain nombre d’acteurs bretons. »

L’union fait la force, et pour ceux qui en douteraient encore, rendez-vous à Annecy !

Gaell B. Lerays

Illustration en Une : L’animation de foule du stade d’Asterix et Obelix par Golaem © Golaem
A decouvrir

page-contact

Que recherchez vous ?